La fois où j’ai décidé (vraiment) d’être heureuse et ce que ça a changé pour moi

La fois où j'ai décidé (vraiment) d'être heureuse et ce que ça a changé pour moi

Back to… samedi 14 juillet 2007… La nuit… Je suis à une fête de mariage… où plutôt je suis dans le parc où a lieu la fête. Assise à terre, je regarde les étoiles. J’ai 27 ans et je décide au plus profond de mon coeur que je veux être heureuse. 

Il y a eu juste avant la Xième déception qui m’a amenée au point de souffrance tellement intolérable qu’il s’est transformé en une force incroyable pour sentir de tout mon coeur, de tout mon corps : ÇA SUFFIT!!! 

Sans larmes, sans cris, cette décision est montée de si loin avec une telle force que je n’ai pu que la suivre, faire confiance à cet instinct de vie qui m’a réconciliée avec moi-même. 

Sur le moment même, je ne savais pas où ça me mènerait. Juste qu’il était temps de prendre ma vie en main si je ne voulais pas passer à côté.  

C'est quoi le problème?

Bombe

En fait, jusque là, je pensais que mon bonheur dépendait de l’extérieur et particulièrement de ma relation amoureuse … Waouw quel poids! Et quelle bombe à retardement… Des attentes absolument impossible à combler et une incapacité structurelle à comprendre l’autre… Vous l’avez deviné, cette nuit là : explosion! Bon c’était pas la première mais cette fois là j’ai cessé d’attendre et j’ai compris que c’était à moi de me rendre heureuse. Avant, je le savais et cette nuit là je l’ai compris, c’est devenu une réalité pas seulement dans ma tête mais intégrée dans toutes les facettes de mon être. 

Et après?

Bin… Pas facile après… Parce que prendre une décision, ok… la concrétiser… Hey… Ça m’a demandé une véritable volonté pour la suivre. Il s’agissait de commencer à être fidèle à moi-même et ça je ne savais pas faire. J’ai commencé par mettre un terme à une relation de presque 5 ans, riche en sentiments certes mais aussi marquée par des montagnes russes émotionnelles. J’ai lu il n’y a pas longtemps, qu’on peut devenir dépendant des émotions, comme on peut l’être de l’alcool, du tabac ou de plein d’autres choses. Et bien, j’en suis convaincue, à l’époque j’étais totalement dépendante des émotions que je vivais. Ça me faisait souffrir mais je ne pouvais pas m’empêcher de continuer à créer les situations qui déclenchaient la production de ces émotions. J’ai même remarqué beaucoup plus tard que je voyais cet état comme un facteur qui me rendait intéressante… Bref… ce sera pour un autre article 😉

Bon, j’ai donc mis de l’ordre dans ma vie sentimentale… non sans douleur… tenace, cuisante, vive… mais j’avais la certitude d’être dans le juste. 

Accros au émotions

Mais encore?

être heureuse

Je me suis attaquée à un autre chantier. Pas évident non plus celui-là. Après mes études, je ne rêvais que d’une chose : faire de la coopération au développement. Sauf que comme pour ma vie sentimentale, je n’étais pas aux commandes, il m’a fallu 4 ans pour trouver la clé. Je n’avais pas confiance en moi et je perdais tous mes moyens à chaque entretien. Mais après cette décision, les choses avaient changé et quelques semaines plus tard, je partais pour 2 ans en Haïti, pour réaliser un travail dont je ne possédais pas encore les compétences. J’étais sûre de moi cette fois et s’il fallait que j’apprenne la comptabilité et tant d’autres choses par moi-même j’y arriverais!  

Tout ça pour quoi?

Pas pour vous dire que je sais utiliser un logiciel comptable… Non… Plutôt pour partager ce moment intense où je suis passée de victime à actrice. Quand je dis victime, ça signifie victime de moi-même. Je me mettais sans m’en rendre compte dans cette posture où ce qui arrive détermine comment je vais me sentir, analyser la situation et réagir. J’ai entr’aperçu à ce moment-là, la possibilité d’un autre fonctionnement : il se passe des choses sur lesquelles je n’ai pas de contrôle mais je peux choisir la réponse que j’y donne. Je peux retrouver mon pouvoir… Et depuis ce jour, je travaille à retrouver mon pouvoir partout où je l’ai éparpillé par inadvertance.  Et ce travail quotidien m’a permis de pardonner, de laisser mourir ce qui n’avait plus besoin d’exister, de partir à la découverte de mon monde et du monde. Et surtout me procure une Joie immense!  

Cerise sur le gâteau

Juste avant d’écrire cet article, je me suis replongée dans cette nuit du 14 juillet 2007. En revoyant ce ciel étoilé, je ne me rappelais pas y avoir vu la lune. J’ai trouvé vite fait un calendrier lunaire… Et… c’était une nouvelle lune…Cette décision était donc mon 1er voeux à la Nouvelle Lune… en Cancer… celle qui rétablit le lien avec la Déesse. En écrivant ces mots je sens mon coeur gonfler de gratitude envers la Vie et envers moi-même d’avoir suivi cette voix des profondeurs. 

 

Gratitude

Votre diagnostic garde-robe intégrative

Découvrez votre dynamique vestimentaire et commencez à créer la garde-robe qui vous ressemble avec le Guide de l'Exploratrice > Mini-Formation : 4 Vidéos Offertes
OFFERT

Styliste Intégrative

J’accompagne les femmes de coeur, curieuses et intrépides à explorer leur intimité pour apprendre à s’aimer, incarner leur identité dans les actes du quotidien et découvrir ce qui les rend unique pour en faire cadeau au monde grâce au vêtement comme point d’appui de connaissance de soi.

Une réflexion au sujet de « La fois où j’ai décidé (vraiment) d’être heureuse et ce que ça a changé pour moi »

Les commentaires sont fermés.