Je préfère manger du chocolat qu'avoir des tablettes de chocolat!

Ou comment prendre soin de son ventre au féminin… 

Pendant longtemps j’ai fait la guerre à mon ventre… Il n’était pas « comme il faut »! Alors que je voulais un ventre plat, le mien était trop gros, trop mou, trop blanc… 

J’ai mis en place plusieurs stratégies pour le dégommer :

– l’année de mes 16 ans je m’obligeais à faire 1000 abdominaux par jour 

– l’année d’après j’avais complètement lâché l’affaire et j’ai pris environ 12 kilos

– j’ai essayé des crèmes en tous genres avec des super promesses et des résultats hyper décevants

– pendant des années, j’ai suivi des régimes express avec des effets retours de bâton… Aïe!

Avec toujours en toile de fond l’impression de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez belle, pas assez bien foutue. 

Je l’ai détesté mon ventre. Non seulement l’aspect extérieur me déplaisait mais en plus il avait tous pouvoirs sur moi.

Billy était le plus fort!

Billy

Chaque jour, je reprenais ma résolution : je vais faire attention à ce que je mange! 

Toujours en restriction, je craquais quotidiennement et mon appétit était gargantuesque. J’ai baptisé mon ventre Billy, comme si un autre que moi y vivait. Impossible de résister à l’envie de sucre et de gras. Je mangeais même la nuit. Je buvais beaucoup d’alcool aussi. 

Alors a commencé une période d’indifférence apparente. j’ai fait comme si je m’en foutais. De mon poids, de mon apparence, de mon corps. Le seul moment où j’atteignais un poids qui me satisfaisait c’était à la suite d’une rupture amoureuse…

Sortir de l'indifférence feinte et du stéréotype

Même si je faisais comme si je m’en foutais, je passais mon temps à me comparer, automatiquement. C’est que, vraiment, j’étais profondément et même inconsciemment engluée dans un stéréotype de beauté. 

Les images et les croyances véhiculées dans la société, avaient entamé ma capacité à voir la beauté là où elle est, c’est-à-dire partout. J’enviais toutes les femmes qui avaient soit naturellement un ventre « tablettes de chocolat » – moins de 10% des femmes – ou alors toutes celles qui avaient la volonté de s’astreindre à des séances d’abdos-fessiers régulières. Pendant ce temps-là, je continuais à maltraiter mon corps :

  • en pensée : j’entretenais des pensées négatives sur mon corps et sur mon incapacité à être « belle »
  • en émotions : mon corps était physiologiquement saturé d’émotions négatives envers lui-même
  • en actions : malbouffe, alcool, tabac, sommeil de mauvaise qualité… 

À 29 ans, mon corps dit stop! Il ne veut plus rien avaler, il ne peut plus rien avaler!

GLOUPS

Panique à bord!

Mon corps m’a obligé à changer! Je l’en remercie aujourd’hui… mais à l’époque j’étais complètement paumée… 

Je devais radicalement changer mon alimentation si je voulais sauver mon corps… Ça a l’air exagéré comme ça mais j’étais à un fil d’une maladie irréversible…

Détox massive, soupe, fruits, légumes … plus rien d’irritant, plus de gluten, plus de lactose. Quand ton alimentation c’est principalement pain, fromage, bière… y a de quoi être larguée! 

 

Et finalement... Mort au ventre plat

Au bout de 6 semaines, j’ai senti une véritable différence. Au bout d’un an, j’étais en pleine forme, plus jamais aucune douleur. Et jusqu’à aujourd’hui, mon alimentation continue à évoluer. Je suis à l’écoute de ce dont mon corps a besoin. 

Avec ce changement d’alimentation, d’autres changements sont apparus dans ma vie et notamment un très important : j’ai changé le regard que j’avais sur moi. 

J’ai dis adieu à l’idéal d’un ventre plat! Et j’ai commencé à accepter mon corps. 

Par étapes, j’ai compris que j’habitais un corps de femme totalement unique. Un corps qui a porté deux enfants, un corps accueillant qui apporte douceur et réconfort. Mon ventre, comme celui de toutes les femmes, est un espace sacré, un réceptacle de l’énergie vitale, un refuge où toutes les transformations sont possibles. 

Lorsque pour une raison ou pour une autre, une femme ne veut pas avoir de ventre  – en le cachant ou en le durcissant – elle bloque l’énergie vitale de ce centre. Le ventre de la femme a besoin d’être souple pour laisser s’exprimer l’identité et la créativité. 

 

Aujourd’hui, je prends soin de mon corps et de mon ventre.

  • Si j’ai envie de me faire plaisir, je n’hésite pas. Je préfère manger du chocolat que d’avoir des tablettes de chocolat!
  • Je mets mon corps en mouvement, non plus pour changer son apparence extérieure, mais pour le garder souple et laisser circuler l’énergie. 
  • Je respire dans mon ventre pour lui apporter de la détente et être connectée à moi-même.
chocolat

Votre diagnostic garde-robe intégrative

Découvrez votre dynamique vestimentaire et commencez à créer la garde-robe qui vous ressemble avec le Guide de l'Exploratrice > Mini-Formation : 4 Vidéos Offertes
OFFERT

Vous pouvez faire partie de la Tribu des Exploratrices de l'intime, les femmes qui ont l'audace d'être elles-mêmes dans le monde! 

Ce que vous allez recevoir du lundi au vendredi par mail 

  • Les conseils "vêtement" que je ne donne habituellement qu'à mes clientes, 
  • Les secrets pour vous découvrir, apprendre à vous connaître et vous aimer enfin,
  • Les préceptes pour vous reconnecter à votre véritable féminité,
  • De l'inspiration pour découvrir ce qui vous rend unique et de la motivation pour en faire cadeau au monde

Cliquez sur le bouton pour vous inscrire et découvrir le BONUS accessible jusqu'à la fin du mois